Partagez | .
 

 jude + you're the apple to my pie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre

❝ Messages : 30
❝ Date d'inscription : 12/10/2013

MessageSujet: jude + you're the apple to my pie.    Sam 12 Oct - 10:00

loughlin jude noa

❝ we are fucking animals ❞
ME, MYSELF AND I

Hi everyone - autant dire bonjour en anglais, vu qu'on est à Londres -. Alors, moi c'est Jude Noa Indie Penny (tout ça pour moi, be jealous) et Loughlin tout court. Tu t'en fous probablement, mais je suis née le 04/05/1991 à Édimbourg btw c'est en Ecosse, je précise oh, donc si t'es bon en maths, ça me fait 22 petits ficellos à effilocher Arrow . Si t'es pas encore au courant, je suis étudiante en dessin (troisième année), et je suis plutôt balèze dans le domaine. Concernant ma vie privée, je suis célibataire, et en mode j'matte tous les mecs bicoz y'a que ça de vrai hein soit hétéro à 100% ! Ça ne vous regarde pas, mais je préfère le préciser. Sinon, j'appartiens aux can't shut my mouth et on m'a toujours dit que Perrie Edwards la seksiest gurl ever me ressemblait - et non pas l'inverse -. D'ailleurs c'est moi que vous pouvez voir sur l'image juste à droite, et c'est flawless qui l'a fait.
MORE ABOUT ME

elle adore les potins et recherche toujours les derniers scoops, une vraie petite cmère + elle ne peut pas passer un jouer sans musique + elle aime danser et e fiche de la façon dont elle le fait, tant qu'elle s'amuse + elle n'a pas peur du regard des autres + elle est écossaise et anglaise + elle est une fana des fringues et n'hésite pas les look originaux ; elle a un look tout de même très british + sa couleur de cheveux est varie selon ses envies du moment + elle a un iphone 5 + matty et adame sont ses meilleurs amis + elle n'a jamais connu son père + elle reste une gamine qui regarde des dessins animés + elle est avec matty une fan inconditionnelle des pokémons + elle est un vrai garçon : elle peut péter, roter et manger comme un mec sans gêne + elle pratique du football (ou soccer), chose qui surprend parfois les gens + elle aime le vernis noir, tout particulièrement + elle a un piercing au nez et dans le cou ainsi qu'aux oreilles + elle a un matching tatoo avec matty ; un triangle qui représente leur avancée commune dans la vie, le fait qu'ils aient évolué etc .. + elle étudie le dessin et elle se débrouille plutôt pas mal + elle est tombée amoureuse qu'une seule fois et ce copain en question est décédé dans un accident de moto après une dispute + elle sait faire du piano, mais qu'un peu + elle chante souvent à tue-tête sous la douche +  elle peut être gacant mais bien souvent son visage d'ange fait changer d'avis les gens + elle sait très bien mentir + certains croient que matty et elle sont en couple puisqu'ils sont super proches ; ils se donnent des surnoms, ils passent tout leur temps ensemble, ils vivent même ensemble. pourtant eux deux savent que ça s'arrête qu'à une amitié + ils ont d'ailleurs un chien ensemble, portant un nom de pokémon : poussifeu  + elle collectionne les capsules de bouteilles en verres + elle aime aller à des concerts ou sortir en général, que ce soit soirées, ciné, tournées des bars etc + elle est vite jalouse et possessive + elle marque son territoire très explicitement et peut être très entreprenante avec un garçon + elle est du genre à râler tout le temps et à gueuler plus haut que tout le monde + elle peut être intimidante quand on ne la connait pas forcément + elle aime jouer à just dance + elle a peur des serpents et des araignées + elle aime bouder + les dimanches dans le canapé, rien de mieux + elle peut sortir en jog et pas maquillée, elle s'en contre-fiche

BEHIND THE SCREEN

A mon tour maintenant ! Alors moi c'est clarys/feelingfree., j'ai dix-huit dans six mois donc en gros j'ai que dix-sept quoi hein et je suis une fille toute bg dans son genre. J'ai connu le forum grâce à bazzart chéri d'amour et honnêtement, je le trouve assez seks, avec un design de malade que j'aime, un contexte qui me fait juste trop rire et puis voila quoi. Si j'avais quelque chose à redire, ça serait que tout reste comme ça, bicoz le forum il a l'air supra cool. Mis à part ça, je suis un personnage inventé et je serai là autant que possible, selon les cours. Et si j'avais une dernière chose à dire, ce serait que WHAT DOES THE FOX SAYYY ? RINGDINGDING... :hehe: 


Dernière édition par N. Jude Loughlin le Sam 12 Oct - 13:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre

❝ Messages : 30
❝ Date d'inscription : 12/10/2013

MessageSujet: Re: jude + you're the apple to my pie.    Sam 12 Oct - 10:00

my bloody story


☇ STARTING A LIFE.
La pauvre, ça doit être dur … C’est ce que j’entendais à longueur de journée, du moins ce que j’arrivais à comprendre du haut de mes quelques années. Quoi ? Naître sans son père ? C’est ça qui parait si insurmontable ? La preuve que non, je suis encore là. Je n’ai jamais eu à me plaindre de son absence, je ne me suis jamais apitoyée de mon sort. J’ai simplement appris à vivre sans lui, et dans tous les cas il ne faisait pas parti des sujets de conversation que j’avais avec ma mère. Du moins, quand j’arrivais à parler avec elle, c’était quelque chose d’extraordinaire : journaliste de guerre, elle enchaînait mission sur mission, elle passait au maximum une semaine à la maison pour finalement reprendre le chemin du travail. C’est pourquoi je passais autant de temps chez la nourrice, c’était comme une seconde maison. Je n’avais surtout pas le choix, mes quatre ans de ne me permettaient pas le reste. Logique, me diriez-vous. Ma mère prenait toujours plaisir à m’envoyer des cartes postales de chaque pays qu’elle visitait ; la nourrice me les lisait, assise sur ses genoux. Tout semblait beau d’après ce qu’elle disait, je me demandais même souvent pourquoi est-ce qu’elle ne m’emmenait jamais avec elle. Pour moi, ça avait l’allure de vacances, et souvent, j’étais un peu énervée sur ce pseudo-abandon. Pourquoi maman ne m’emmène pas avec elle ? La nourrice était à chaque fois fébrile sur cette question, elle ne répondait jamais. Ou trouvait l’excuse du goûter ou de la sieste. C’était bien du grand n’importe quoi tiens, je m’en suis rendu compte bien après. Qu’est-ce qu’on peut être naze à cet âge-là.

Et puis il y avait eu cet après-midi. Toujours chez la nounou, je jouais tranquillement jusqu’à ce que cette dernière vienne me prendre par le bras pour me faire sauter dans la voiture. C’était Bagdad dans ma tête, pourquoi est-ce qu’elle me demandait de prendre des affaires dans ma chambre ? Et pourquoi est-ce je partais sans maman ? J’avais beau lui demander, elle recommençait de plus bel en me lançant au nez de pitres excuses assez ridicules. Cela dit, ça a marché. Nous avions roulé quelques temps –combien, je ne sais pas, la notion du temps je ne l’avais pas et je ne l’ai toujours pas haha- mais ce que je sais c’est que j’avais dormi durant les trois-quarts du trajet. La nourrice avait dû en profiter au maximum, savourer ce silence divin, puisqu’à peine le moteur de la voiture coupé, j’étais sur mes deux jambes. « Assis toi Jude, je reviens. Tu bouges pas ok ?  » Imprudente, oui, laisser une gamine dans une voiture, c’est pas un peu ouf ? Cinq minutes après, elle revenait accompagnée d’une dame assez âgée. On me faisait sortir du véhicule. « C’est ta mamie, elle va te garder pour un certain temps. » Ma mamie ? Genre ma grand-mère ? La maman de ma maman ? Je ne l’avais jamais encore vue, j’avais simplement eu le droit à des coups de fil lorsque maman me l’autorisait. Je n’avais jamais su pourquoi elle refusait toujours de lui rendre visite. Je lui demanderai quand elle sera rentrée ...

☇ NEW BEGINNING.
Leeds … C’est le genre de nom de ville qui parle à tout le monde. J’y avais pris goût, du moins je n’avais pas eu le choix. Ça faisait un an que j’étais chez ma grand-mère (Mommy comme je l’appelais), le temps était long. Je l’adorais, mais à Edimbourg c’était beaucoup mieux. Et surtout différent. On peut pas demander à un enfant de s’adapter aussi facilement, c’est comme si on m’avait supprimé la quasi-totalité de mes repères. Ma chambre, je n’allais pas avoir la même chez Mommy, toute la belle décoration que maman m’avait faite. On pouvait vraiment pas la transférer jusqu’ici ?

Citation :
flashback, neuf mois avant.
« Mommy, pourquoi je rentre pas à la maison ? » Elle me regardait de son air peu ravi, celui qu’elle utilisait lorsque quelque chose ne lui plaisait pas. J’ai fait un truc qu’il fallait pas ? Puis soudainement, son visage semble s’adoucir mais garde d’un autre côté un semblant de tristesse. « Juddie, viens. » Elle m’entraînait jusque dans ma chambre, du moins la chambre qu’elle m’avait attribuée, puis me faisait asseoir sur le rebord du lit. Elle me rejoignait. « Parfois dans la vie, tout ne se passe pas comme prévu. On voudrait faire quelque chose mais on ne peut pas, on aimerait changer quelque chose mais c’est impossible … pour ta maman, c’est un peu ce qu’il s’est passé. Tout ne s’est pas déroulé comme prévu. » Elle prenait ma petite main dans les siennes. « Maman ne reviendra pas. » Je fronçais mes sourcils, mécontente à l’entente de cette phrase. « Pourquoi ? Moi, je veux la voir. » Mommy secouait la tête de gauche à droite, les yeux fermés. « Jude, non. Le travail qu’elle faisait lui a enlevé la vie, elle est partie là-haut pour avoir tenté de finir correctement mais  … même si ta maman était quelqu’un de fort, elle n’a rien pu faire contre les vilains. » Je voulais pleurer, c’était affreux. Je me jetais dans les bras de ma grand-mère, qui, d’un tour de bras réconfortant, me serrait contre elle.
Ma grand-mère m’avait alors recueillie après le décès de ma mère. Pourtant, tout ne semblait pas rose entre elles deux. Mommy m’avait expliqué que c’était maman qui avait demandé à ce qu’elle me garde en son absence, une longue absence qui ne se terminera jamais.  Plus tard, je compris que si elles avaient des relations tendues, c’était dû à moi. Ma grand-mère reprochait à maman de ne jamais être là pour moi, de m’abandonner. J’étais une source de conflits, je n’aimais pas ça mais maintenant, ces histoires ne sortiront plus du tiroir. Bien tapis au fond, ces souvenirs déplaisants ne seront qu’un lointain souvenir pour ma grand-mère, bien affaiblie depuis la mort de maman. Je l’avais surprise à pleurer. Enfin selon elle, les larmes étaient dues à une poussière dans l’œil … Qu’est-ce qu’elle ne me ferait pas croire, hein ? Je n’étais pas dupe, on m’avait bien trop souvent caché de choses pour que j’imprime ces balivernes. J’avais bien assez grandi dans le mensonge que maintenant, je reconnais les fausses vérités très facilement. Ce qui me faisait le plus rire, c’était quand on s’obstinait à me faire croire toute ça. Comme si j’étais encore une idiote petite fille naïve.

Il avait débarqué comme une petite fusée dans la maison de Mommy, bien que je l’en avais empêché. Criant au voleur, ma mamie avait débarqué dans la pièce principale d’un air tout aussi paniqué que moi mais à la vue du petit garçon qui venait de se pointer, elle semblait soulagée. Est-ce qu’elle le connaissait ? Pour a part il restait un étranger. Il parait qu’il s’appelait Matty mais qu’est-ce qui me prouva t que ce n’était pas un mensonge hein ? Aussi fallait-il que je mette mon côté méfiant en repos et que j’arrête de vouloir protéger tout le monde. Ce garçon, ce fameux Matty, je n’aurais jamais cru qu’il serait devenu mon meilleur ami. Au début, j’étais du genre à être jalouse de lui. Jalouse de devoir partager ma Mommy avec un autre petit garçon. Seulement arriva un moment où je compris que pour nous, ça n’allait pas être une amitié des plus banales ; on avait tellement de points en communs, on avait vécu des choses semblables au fond en à peine quelques années de nos courtes vies, et puis même s’il était un garçon et moi une fille, il me considérait comme un p’tit mec. Il y avait de quoi ; j’étais de la catégorie de celles qui aimaient se rouler dans l’herbe avec une jolie robe blanche, tremper mes mains dans la boue puis me toucher le visage, écrire sur les murs, jouer aux petites voitures … J’étais coquette mais je n’avais pas non plus peur de mettre la main à la pâte. Avec Matty, on avait vite compris que les conneries, elles ne se feraient plus toutes seules maintenant. Comme des complices. Il venait plus régulièrement à la maison, quasi tous les soirs. On faisait nos devoirs (ou ça, c’est ce qu’on disait à Mommy) puis directement, on retrouvait nos occupations favorites. Même si durant ce temps-là je ne me doutais pas que Matty allait prendre une immense majeure dans ma vie, voire être un pilier irremplaçable et primordial, je savais qu’il ne serait pas un vulgaire ami d’enfance. Parce que non, aujourd’hui, Matty, c’était mon Matty.

☇ SAD END.
Je n’avais que de vagues souvenirs de ma mère. Je n’avais pas non plus eu la chance d’apprendre à la connaître, elle n’était jamais à la maison. En grandissant, mon désir d’en savoir plus s’élargissait de jour en jour, contre le gré de ma grand-mère. Elle ne voulait pas parler de maman, c’était un sujet blessant. Pour moi aussi, mais j’avais cet envie de me documenter. J’étais en âge de comprendre. « Mommy, maman, elle faisait quoi comme travail ? » Elle soupirait. Je l’agaçais. « Bon. Elle était journaliste de guerre. Elle écrivait des articles sur ce qu’il se passait entre les pays en conflit. Si elle partait souvent, c’est parce qu’elle travaillait sur le terrain-même. En direct du lieu de guerre. » Je grimaçais avant de faire un énorme sourire. « Alors, je veux être journaliste de guerre moi aussi. »

« MOOOOMMY, JE SUIS RENTREE ! » Je balançais mon sac sur le sol, posais ma veste en vrac sur le porte-manteau avant de prendre la direction du salon où ma grand-mère était installée comme à son habitude. Seulement cette fois-ci, personne n’était là. Aucun mot sur la table de la salle-à-manger, rien. Je me décidais à aller travailler, même si finalement j’avais pris place sur le canapé pour regarder quelques programmes débiles. […] La porte d’entrée s’ouvrait, laissant place à ma grand-mère. Au fur et à mesure qu’elle approchait, je remarquais que son visage était trempé, dégoulinant de larmes. « MOMMY ! » m’exclamais-je en accourant vers elle. « Qu’est-ce qu’y a ?! Dis-moi ! » J’étais paniquée, elle semblait tétanisée. « Papi … » « Quoi papi ?! » « Il est.. est parti. » Le choc. C’était un énième remous, tout s’enchaînait si vite. Une crise cardiaque. Voilà ce qui l’avait fait partir de ce monde, afin de rejoindre ma mère. J’avais l’impression d’apporter la poisse à mon entourage, réellement. Pourquoi fallait-il que tout le monde me quitte ? Même si petite je n’étais pas proche de lui, j’étais ce genre de personne qui s’affectionnait très vite. Je m’y était attaché, malgré son côté asocial, qui le rendait attachant au fond. Maintenant je ne le verrais plus le matin. Il était dans la cuisine le matin, il feuilletait son journal acheté à l’épicerie du coin … Puis c’était lui qui me préparait mon déjeuner, il savait exactement comment faire. Deux tartines, un verre de jus d’orange et des céréales dans un bol. Sans lait, bien sur. Je n’aimais pas le lait.

☇ SUMMER.
« CHAUUUUFFEUUUUR SI T’ES CHAMPIOOOON, APPUIIIE APPUIIIIE, CHAUFFEUR SI T’ES CHAMPION APPUIE SUR LE CHAMPIIIGNOOOON ! » criions-nous en cœur à l’arrière de la voiture tandis que Mommy tenait le volant tout en rigolant. Matty et moi-même avions beau avoir la quinzaine passée, on restait de pitres gamins. Avec une seule feuille on pourrait partir des délires à en faire peur plus d’un, mais nous, on adorait ça. Cet été, on avait décidé de partir en vacances. Mommy nous avait fait la surprise. C’était la première fois que je partais de Leeds, c’était comme une grande aventure pour moi. Le camping, c’est là qu’on allait. « Matty, viens m’aiiiiider, la tente va me tomber dessuuuuus ! Donne-moi une sardine ! Viiiite ! » Moment de silence. Je tentais de sortir un petit bout de même de dessous la tente pour voir où était mon prétendu meilleur ami qui me laissait me faire écraser par cette foutue tente. L’apercevant, il me faisait coucou, les mains dans les poches. L’enfoiré ! « BORDEL ! Tu te fous de ma gueule ou quoi ?! » « J’me gratte le cul, tu permets ? » me lançait-il de son faux air offusqué. Si je n’étais pas aussi emmerdée, je lui en aurais foutu une, la plus grosse de sa vie même. Ce n’était pas parce qu’il faisait au moins deux têtes de plus que moi que je devais me sentir effrayée. Loin de là. Un coup de pied dans les parties génitales et croyez-moi qu’il serait vite calmé. Une aprem pour monter une petite tente, rien que pour Matty et moi. Mommy, elle avait une petite maison pour elle, nous on préférait l’aventure. De vrais aventuriers, n’est-ce pas ? Outre la façon dont on avait monté notre petit chez nous, on pouvait en être.

« Bon c’est bon Jude ?! Ca fait trois quarts d’heure que je t’attends là ! » Oui bon c’est bon, il allait pas me chier un tank celui-là. Il était mal placé pour me dire ça, c’était souvent moi qui l’attendais ! Je n’avais pas voulu faire les choses à la va-vite. Parce que de un, ce n’était pas mon genre et puis de deux, si je rencontrais l’homme de ma vie ? On ne sait jamais hein ! Il y pense pas le Matty à tout ça lui. « On peut y aller. Attends, ton col de chemise est mal mis. On dirait un campagnard qui sort de sa campagne. » Il me regardait d’un regard las mais me lassait toujours lui remettre son col correctement. On se rendait à un genre de petit bal organisé par le camping. Et comme seul cavalier, je n’avais pu trouver que Matty, forcément. Quelle misère, je vous l’accorde ! (jtm bb) « Tu crois qu’il va y avoir des mecs super beaux et tout ? Gentre trop de muscles, intelligents, gentils ? » « Parce que t’as cru que je te laisserais aller les voir ? » En fait, je ne savais pas si  il rigolait ou pas mais son visage restait de marbre. En gros, ça ne servait à rien que j’y aille, si je ne pouvais rien faire. […] Voilà que je me déhanchais sur la piste de danse, bien que quasi personne ne dansait. Matty, lui finissait par me rejoindre. On avait certes dû un peu trop appuyer sur les verres d’alcool mais on s’en fichait. On profitait. Heureusement qu’il était là pour me retenir à chaque pas que je faisais, je n’étais même plus capable de tenir debout. Demain matin, j’allais pleurer ma grand-mère et les cachets anti-maux de crâne deviendraient mes meilleurs potes. J’avais oublié de préciser qu’avec Matty, on était du genre à se faire remarquer. Ou parce que c’était de ma faute, je ne passais jamais inaperçue. Non pas parce que je le voulais, mais parce que j’étais maladroite. Et comme là, j’étais surtout ivre presque morte. Et comme  à chaque fois, j’avais trouvé les toilettes pour vomir. Je ne tenais pas l’alcool mais à chaque fois, je buvais quand même. J’avais eu du mal à trouver mon chemin, mais j’y parvins. Pas avec brillance, certes.

« Jude ? Jude ? Juddiiiiiie ? Jude pomme ?  Rien de plus pour me faire ouvrir un œil, puis deux. Je le poussais, lui donnant un coup de poing sur le torse. « Qu’est-ce que t’as toi hein ?! » Je me relevais mais l’envie de me recoucher vint de suite. Ce mal de crâne, oh my god. J’allais pas survivre. C’était pas possible. Ma tête tournait encore. Je n’osais même pas imaginer la tête que je devais me payer. A faire peur un monstre lui-même. « On passe l’après-midi avec Adame et Maddie. » Qui ? Soit j’ai dormi pendant quinze jours soit … j’étais trop bourrée hier soir. Ce devait être ça, forcément. Je fronçais les sourcils, ma bouche en bec. Matty comprit que je  ne me souvenais de rien. « Les jumelles. On a passé la soirée avec elles ! Enfin pas trop toi vu que t’as squatté les wc. » Ok, suffisait de me dire ça et je ferais genre de comprendre. Je ne bronchais pas  et me rendais jusqu’aux douches, afin de me réveiller. Je ne garantissais pas que j’allais ressortir en forme, du moins pas autant que d’habitude. Ce fut donc durant cette soirée que nous avions rencontré les jumelles. Au moins, nous avions de nouvelles connaissances, de nouvelles têtes et Matty et moi ne nous sentirions pas seuls pendant les vacances. Surtout Matty. Explications : il n’avait pas fallu longtemps pour qu’Adame et lui forment un joli petit couple. J’avais juste posé une condition : Matty ne devait pas m’abandonner le soir pour dormir, parce que j’avais peur de dormir toute seule. Et s’il me laissait en plan, je n’allais pas me gêner pour aller le retrouver et le ramener en le tirant par l’oreille. Quoi qu’il fasse, rien à faire ! […] En deux semaines, on se connaissait presque comme des potes d’enfance. Le genre de personnes avec qui vous avez des délires sur tout et rien, sur qui vous passez tout votre temps et puis surtout que vous connaissez presque par cœur au final. C’est ce qu’il s’était passé avec les jumelles. Seulement, ne dit-on pas que toutes bonnes choses ont une fin ? Eh bien si. Matty et moi n’y échappons pas. C’était l’heure de partir, de quitter ce cadre de vie si parfait à mes yeux pour rentrer à Leeds, comme au bon vieux temps. Matty, lui, il devait quitter sa belle. Rien de facile. Pour moi non plus d’ailleurs ; j’avais beau ne jamais m’attacher aux gens très facilement, quitter Adame et Maddie me déchirait le cœur.

☇ LIFE IS LOVE.
La seconde, c’était un gros tournant dans ma vie. J’avais connu ma première relation amoureuse, sérieuse et à proprement parler. Vous savez, le type dont vous pouvez vous passer, à qui vous envoyez des messages à longueur de journée … Enfin bref, Eleyes avait été ma réelle histoire d’amour. Pendant deux ans, nous avions échangé, nous avions appris l’un sur l’autre, tout comme sur les relations amoureuses. Pour tout dire, c’était la première fois que j’étais amoureuse et que j’en étais consciente. Un garçon adorable, irréprochable avec moi, même ma grand-mère l’adorait. Il m’avait d’ailleurs aidé à remonter la pente après le décès de mon grand-père, il avait toujours été là pour me faire aller de l’avant. Je le savais, il avait eu un énorme impact dans ma vie et aujourd’hui encore, il m’arrive de penser à lui.

Si seulement il était resté, si seulement nous ne nous étions pas engueulés, il serait resté à la maison et rien de tout ça ne serait arrivé. Ce soir-là, nous trainions tous les deux dans ma chambre. Je ne me rappelle plus très bien de la conversation mais rapidement, elle avait tourné au vinaigre. C’était de me faute, ma jalousie avait pris le dessus et je m’étais emportée pour rien. « DEGAGE DE MA CHAMBRE ! T’ES QU’UN CON, J’VEUX PLUS TE VOIR ! » Je le poussais dehors, m’enfermant dans ma chambre. J’agissais souvent bêtement mais cette fois-ci, c’était le summum du summum. Pour une connerie, encore et toujours.  Pendant un jour ou deux, je n’avais pas eu de nouvelle d’Eleyes. Ni même un coup de fil, ni même un message … Je m’étais dit que c’était peut-être à moi de faire le premier pas, même si ce n’était en général pas dans mon habitude. Je prenais le combiné, tapais le numéro de chez lui pour directement tomber sur sa mère. « Eleyes ne pourra pas te parler, il est .. à l’hopital. » Hein ? Quoi ? L’hosto ? Non, mais c’est pas possible. Je respirais calmement –ou tentais- en raccrochant sans dire un mot. Un jour après, j’apprenais son décès. Un accident de moto. Il avait mis quelques temps à essayer de s’en remettre mais finalement, tout est parti en vrille et lui aussi était parti. Jamais deux sans trois … Pendant de longs mois, je ne cessais de pleurer, je n’allais même plus en cours. J’étais détruite, je ne mangeais plus. C’était l’horreur totale, et ma grand-mère ne savait même plus quoi faire. A partir de ce jour, je m’étais promis de ne plus aimer afin d’éviter de faire partir les gens. J’étais maudite. J’avais régulièrement le droit à une visite d’un psychologue, il était vrai que je ne parlais presque plus. Je n’en avais pas envie. A quoi bon faire souffrir les gens en les aimant ? Non, non et non. C’était fini. Et pourtant, au fil du temps j’avais appris à faire de mes souffrances une force qui me ferait tenir au maximum. C’était dur mais j’avais un dernier espoir. Je me raccrochais à Matty.

☇ LEARN ABOUT LIFE.
Londres. C’était comme un renouveau, un départ qui allait me permettre de tout oublier. Tourner la page sur Eleyes, m’éloigner un peu de mes racines … Même si le déménagement n’était pas voulu, Matty et sa mère avaient voulu être à mes côtés pour cette toute nouvelle épreuve. Mommy allait de plus en plus mal, la maladie d’Alzheimer la gagnait de plus en plus chaque jour. Et puisque mon meilleur ami était aussi de la famille ainsi que sa mère, ce fut tout naturellement qu’on avait préparé notre départ de Leeds vers Londres ensemble. L’hospitalisation de Mommy ne pouvait pas avoir lieu ici, c’est pourquoi Londres était la ville vers laquelle on bougeait. Mais pour ma part, ce n’était l’unique et seule raison. Vous souvenez vous d’Adame et Maddie ? Les jumelles. J’avais gardé contact avec elles deux, Adame était même ma meilleure amie. Matty lui avait mal vécu sa séparation avec sa belle, il avait comme coupé les ponts. Ce qu’il ne savait pas, c’est que je communiquais encore avec Adame, et si j’avais choisi Londres en destination future, c’était parce que les jumelles s’y trouvaient aussi. Chose que je n’ai jamais dite à Matty. Il allait me tuer, me découper en morceau et probablement me vendre au marché noir, mais je m’en fichais. Je voulais retrouver les deux jeunes filles (ou femmes maintenant, on avait tous bien grandi et muri) et ainsi revivre les mêmes moments que les deux semaines au camping avec elles, mais pour une durée bien plus longue.



+ si someone veut un lien, mpottez-moi les keupains.


Dernière édition par N. Jude Loughlin le Sam 12 Oct - 13:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin

❝ Messages : 267
❝ Date d'inscription : 29/11/2012
❝ Âge : 25

MessageSujet: Re: jude + you're the apple to my pie.    Sam 12 Oct - 10:28

Je ne connais pas ta célébrité, mais ton avatar est sublime
Bienvenuuuue parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you 
N'hésite pas si tu as besoin  

_________________
    ~ your pleasure island is where we can go
    « Love the way that you laugh, the way that you smile. Makes me feel like you been waiting a while, but guess what darling, I been waiting too. So let's ride, we can get freaky tonight, right here's your ticket to ride. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre

❝ Messages : 30
❝ Date d'inscription : 12/10/2013

MessageSujet: Re: jude + you're the apple to my pie.    Sam 12 Oct - 10:46

awwww merci, je peux en dire autant de palmer, cette fille est per-fect.    
encore merci à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin

❝ Messages : 336
❝ Date d'inscription : 14/11/2012

MessageSujet: Re: jude + you're the apple to my pie.    Sam 12 Oct - 13:42

PERRIE LITTLE MIX oh yeah  
Bienvenue sur le forum!  
& bonne chance pour ta fiche  

_________________


If you’re still alive my regrets are few, If my life is mine, what shouldn’t I do? I get wherever I’m going, I get whatever I need. While my blood’s still flowing, and my heart still beats…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre

❝ Messages : 30
❝ Date d'inscription : 12/10/2013

MessageSujet: Re: jude + you're the apple to my pie.    Sam 12 Oct - 13:47

merci ispice di belle gooooosse !    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin

❝ Messages : 267
❝ Date d'inscription : 29/11/2012
❝ Âge : 25

MessageSujet: Re: jude + you're the apple to my pie.    Sam 12 Oct - 16:40

FÉLICITATION TU ES VALIDÉ(E) !

T'as eu beaucoup de courage pour faire une fiche aussi longue :siffle:Mais sincèrement, j'ai adoré la lire ! J'aime beaucoup ton style d'écriture ainsi que l'histoire de ta Jude qui, avouons le, a eu une vie assez merdique jusqu'à maintenant  

Tu peux dès à présent aller recenser ton avatar dans le bottin des avatars, pour éviter qu'un autre membre ne s'accapare ta célébrité ! Une fois que c'est fait, tu peux aller créer ta fiche de liens et aussi aller demander des liens aux autres membres, tu ne voudrais pas que ton personnage devienne un rémi sans famille, pas vrai? :stp:N'oublie cependant pas de faire une demande d'habitation afin que ton personnage ne finisse pas à la rue, ça serait dommage
Ceci étant dit, encore une fois bienvenue sur FY et amuse toi bien surtout

_________________
    ~ your pleasure island is where we can go
    « Love the way that you laugh, the way that you smile. Makes me feel like you been waiting a while, but guess what darling, I been waiting too. So let's ride, we can get freaky tonight, right here's your ticket to ride. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: jude + you're the apple to my pie.    Dim 13 Oct - 18:09

Bienvenue parmi nooouuus I love you
Revenir en haut Aller en bas
 

jude + you're the apple to my pie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Apple vs Samsung
» Problème Apple Airplay/Partage à domicile et Sensation
» [Topic Unique] Apple
» [Résolu] Macintosh
» [LiveSession] Hybryde12.04beta2 sur un iMAC24

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FUCK YEAH :: The Beginning :: Ça plane pour moi :: Fiches terminées-